AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

Wes Ω to serve and protect

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité

Wes Ω to serve and protect Empty
MessageSujet: Wes Ω to serve and protect Wes Ω to serve and protect EmptyJeu 8 Aoû - 14:57




Wesley «Wes» Junior Lane
ft. Michael Ealy



identité

nom • Lane. prénom • Wesley «Wes» Junior. âge • 27 ans. ville de naissance • Nouvelle Orléans. statut social • Célibataire. orientation sexuelle • Hétérosexuel. métier/étude • New Orleans Police Department, Section Vols Et Homicides. classe sociale • Gagne plutôt bien sa vie. ta petite particularité • Accro à l’adrénaline. groupe • Frefet. caractère • Sanguin, tête brulée, charmeur, séducteur, baratineur, bagarreur, imprévisible, spontané, débrouillard, impatient, droit, glouton, cordon bleu,  jerk.


derrière l'écran


Eléonore • marshmallow • 19 yo • Parisian • I'll keep you my dirty little secret ! • Wes Ω to serve and protect 728467732  • PANCAKES POUR TOUT L'MONDE !

Code:
[b]michael ealy[/b] ▴ wesley lane
FICHE PAR ROMANE
MODIFIÉE PAR MACKLEMORE



Dernière édition par Wesley Lane le Jeu 8 Aoû - 16:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Wes Ω to serve and protect Empty
MessageSujet: Re: Wes Ω to serve and protect Wes Ω to serve and protect EmptyJeu 8 Aoû - 14:57




mon histoire

«Et si vous me racontiez ce qu’il s’est passé ce jour là, Wesley ?» Je laissais échapper une grimace à peine voilée. «Je préfère Wes’.» La psychologue abaissa doucement ses lunettes, et me regarda droit dans les yeux. «Pourquoi préférez-vous Wes’ à Wesley ?» La tête posée sur ce fichu canapé en cuir, je croisais les bras derrière ma nuque, haussant les épaules, les yeux fermés. «Wesley c’était l’prénom d’mon père. C’est tout. On m’a toujours appelé Wes’.» Le ton était clair, catégorique : ce n’était pas un sujet à aborder. Et sans doute l’avait-elle remarqué (elle était douée, cette psy’. Et sexy aussi), et sans doute allait-elle me forcer à parler de mon père lors d’une autre session, etc, etc, j’avais vu les films moi aussi, Mafia Blues avec De Niro et Billy Crystal, super film d’ailleurs. «Alors, Wes’. Si vous me parliez de ce qu’il s’est passé, ce jour là ?» J’ouvris un oeil : elle était tenace. «Si vous voulez, on peut aller en parler autour d’un verre... Ou bien d’un dîner, comme vous préférez..» Mes lèvres s’étirent en un sourire charmeur, tandis que je me redresse légèrement dans le canapé. «Je préfèrerai que l’on s’en tienne à notre heure hebdomadaire si vous le voulez bien Wesley.» Je hausse les épaules. Comme elle veut, comme elle veut... Mais ça ne m’empêchera pas de recommencer, à la prochaine séance, et puis à la prochaine, et encore à la prochaine.
Ce jour là, ce dont elle veut que je parle, c’est le 3 juillet 2013. Il y a tout juste un mois. Il y a peu de jours dont je me souviens avec autant de précision, et de clarté. Ce jour là, je sais que je ne l’effacerai jamais de ma mémoire. Parce que je n’pourrais jamais oublier le regard de ce gosse, quand il est mort dans mes bras.
Pourtant, les choses auraient dû se dérouler autrement. Ça n’aurait pas dû se finir aussi mal. Tout était planifié. On avait un plan, simple. Sauf que rien ne marche jamais selon les plans établis, tout le monde sait ça. Le suspect était coincé, entouré, cerné. Il avait tenté de fuir, en brisant une fenêtre, pour passer sur les toits. Et au lieu de lui courir après, j’avais lancé un bleu à sa poursuite, prenant les escaliers pour le coincer dans la rue adjacente. Il s’appelait Jason, il avait 19 ans, il venait de se fiancer, et c’était le gars le plus heureux de la terre, fier de porter son uniforme depuis déjà trois semaines. Avec toute la bonne volonté du monde, il s’était mit à lui courir après. Et il avait été canardé. J’avais entendu les coups de feu, en courant comme un dératé dans les escaliers, et je m’étais stoppé net, le sang glacé dans mes veines. Un beretta. Et pas de Glock en réponse. Mon coeur bondissant dans ma poitrine, j’avais couru, aussi vite que j’avais pu, les éclats de verre de la fenêtre brisée crissant sous mes chaussures. J’avais couru comme un dingue jusqu’à ce que je vois son corps, au loin, allongé sur le toit. Je l’entendais suffoquer (ou bien étais-ce ma propre respiration haletante ?), et je m’étais glissé à ses côtés : il avait la main appuyée sur sa poitrine, et le sang coulait, coulait beaucoup trop fort, beaucoup trop vite. «Oh putain, qu’est-ce qu’il s’est passé ? Qu’est-ce qu’il...» Et j’avais vu, son Glock, toujours à sa ceinture : il n’avait pas eu le temps de retirer la sécurité de son holster, et n’avait pas pu sortir son flingue lorsqu’il s’était fait tirer dessus.
Ce sont ses yeux, qui me tiennent éveillés la nuit. La lueur de terreur, et pourtant de résignation qu’on pouvait y lire : il ne voulait pas mourir, et il s’accrochait à moi comme s’il s’accrochait à la vie, et pourtant il savait que c’était inévitable.
J’avais hurlé comme un dingue, comme un fou, pour un médecin, une ambulance, tout et n’importe quoi. J’avais appuyé du mieux que j’avais pu sur sa blessure, et tout ce que j’avais senti, c’était le sang chaud qui affluait sous ma paume. Poisseux et chaud. J’ai vu ses yeux s’éteindre, et me regarder, sans me voir. Sans plus jamais rien voir. Quand l’ambulance est arrivée, c’était trop tard, bien trop tard.

On n’a jamais attrapé le gars qui a fait ça. Pas encore, du moins. Et je suis coincé en thérapie avec une psy à la noix (sexy, certes), au lieu d’être dehors, à lui courir après. Ça me fait chier. Ça me bouffe, ça me met sur les nerfs, et ça me donne envie de cogner des gens. La police de la Nouvelle-Orléans est tout sauf efficace, de toute manière. Corrompue jusqu’à la moelle, composée d’une bande de lâches (oui, la fuite des policiers le jour où Katrina a frappé la Nouvelle-Orléans continue de faire couler de l’encre), et d’incapables. C’est ce que disent les journaux, ce que pensent les habitants, ce que pense tous les américains de cette planète. Pointés du doigt, on l’est tous. On nous accuse d’être responsables du fait que la Nouvelle Orléans est rapidement devenue la ville la plus dangereuse des États-Unis. Et peut-être bien que c’est vrai, après tout.

«Wesley, parlez moi de votre père...» Je garde ma grimace pour moi : de toute façon, je sais qu’elle le fait exprès, je ne vais pas entrer dans son petit jeu. Je ne vais pas me laisser prendre au piège, je ne vais pas... «C’est Wes. Et y’a rien à dire sur mon père.» Je la vois qui griffonne quelques mots sur son calepin, et ça me fait soupirer. J’ai faim, j’ai pas dormi de la nuit, et je suis obligé de me coltiner ces séances interminables. Et elle ne veut toujours pas prendre de verre avec moi, à croire qu’elle n’est même pas du tout intéressée un tout tout petit peu ! «Votre père était militaire, c’est cela.» Je croise les bras sur mon torse. Elle allait sans doute interpréter ça comme un geste pour me protéger, et inconsciemment, c’est peut-être ce que j’étais en train de faire. «Ouais. Il a vécut pour son pays, combattu pour son pays, et il est mort pour son pays.» L’amertume dans ma voix est clairement audible. «Vous lui en voulez ?» Je lève la tête, pour la regarder droit dans les yeux. «Mon père était un putain de héros.»
Bien sûr que non, je ne lui en veux pas. Je ne lui en veux pas de nous avoir laissé des mois entier sans nouvelle, je ne lui en veux même pas d’être mort comme un con en Iraq. Une bombe qui a explosé, et voilà, s’en était fini de lui. Non, je ne lui en veux pas à lui. La vérité, c’est que j’en veux «A vous, alors ? Vous vous en voulez à voir, Wesley ?» Je serre les poings, serre les dents. Wes’, putain, c’est pas compliqué à retenir ! «Non.» Elle abaisse ses lunettes, comme à chaque fois qu’elle s’apprête à me faire découvrir une vérité sur moi-même. «Vous vous en voulez d’avoir été en prison le jour où votre mère a appris pour la mort de votre père.» Je me redresse d’un bond, et traverse la pièce en quelques pas pressés. «Okay, on va s’arrêter là, bye doc’.»
La porte claque derrière moi, et je m’enfuis du bâtiment, prenant sur moi pour ne pas courir.
Le pire dans tout ça, c’est qu’elle a vu juste.

J’étais en prison depuis deux mois, pour vol avec effraction, et braquage à main armée, quand l’armée est venue sonner à notre petite porte, pour nous remettre une lettre, et une casquette toute belle, toute propre, que mon père avait dû porter une fois, pour la photo souvenir. J’avais 17 ans, on était en 2003, et je n’avais même pas été capable d’être là pour ma mère, quand elle en avait eu besoin. Elle avait dû venir me voir en prison, pour me l’apprendre, et j’avais dû retenir mes larmes quand elle s’était effondrée en sanglotant dans mes bras, pour ne pas avoir l’air d’un faible. Wesley Lane, le premier du nom, l’homme le plus honnête et le plus droit que j’avais jamais connu. Ancien flic, qui s’était engagé dans l’armée parce que son pays avait besoin de lui, il était mort sans savoir que son fils unique était un p’tit con qui avait fini par faire la connerie de trop, et qui l’avait expédié derrière les barreaux.
Lorsque j’étais sorti, quelques mois plus tard, j’avais coupé les ponts. Avec tout, avec tout le monde. Ça avait plus facile que si j’avais dû arrêter la coke, l’alcool, ou arrêter de fumer. Ça avait été putain de facile, et c’est peut-être parce que j’avais les meilleurs potes du monde. Ils avaient compris. Ils avaient compris pourquoi je faisais ça, ce que je faisais, ils avaient même mieux compris que moi pourquoi j’avais raccroché ma veste de voyou pour enfiler l’uniforme de la police.
Pour pouvoir être fier, sans doute, du nom que je portais. Pour pouvoir enfin regarder quelqu’un dans les yeux, et lui dire que je m’appelle Wesley, et pas Wes’. Pour que ma mère puisse me prendre dans ses petits bras (minuscule femme qu’elle est), et qu’elle puisse me serrer contre son coeur en s’exclamant que je suis le portrait craché de mon père. Pour que je puisse aller sur sa tombe un jour, enfin, que j’ai le courage de m’en approcher à moins de cent mètres, et que je puisse lui dire que moi aussi, finalement, j’ai réussi. Que j’suis pas juste un minable comme il en existe des centaines d’autres, un de ces gamins qui se fera flinguer dans une ruelle sombre.

Le truc, c’est que ça marche pas trop. Mon chef passe son temps à s’arracher les cheveux à cause de moi, et je reste là dans son bureau à hausser les épaules, l’air de dire «c’est pas moi qui ai commencé». C’est pas facile de faire son chemin honnêtement quand on a un casier chargé comme le mien (qu’ils aient scellé mon casier d’ado n’efface pas la mémoire), et quand on doit jouer des coudes parmi une belle bande de raciste qui aimeraient bien qu’on retourne aux temps de la ségrégation, ou même de l’esclavage (bien que je n’sois pas certain que les Black Codes soient moins pire que les Slaves Codes). Pas facile, non plus, quand on a le sang chaud et qu’on réagit au quart de tour, balançant son poing dans la tronche des collègues un peu trop blagueur (la limite entre la blague et le racisme est fine, beaucoup trop fine). Parfois, j’me dis que je devrais juste... raccrocher.
Et puis je pense à toutes ces gosses qui disparaissent, et puis je pense au regard terrorisé du gamin sur le toit, et ça me motive à me lever le matin. Ça me force à faire quelque chose de ma vie. Quelque chose de bien. Mal payé, traité comme de la merde, mais quand on réussit à aider quelqu’un, je vous jure : il n’y a pas de meilleur sentiment au monde.

FICHE PAR ROMANE
MODIFIÉE PAR MACKLEMORE



Dernière édition par Wesley Lane le Jeu 8 Aoû - 16:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Wes Ω to serve and protect Empty
MessageSujet: Re: Wes Ω to serve and protect Wes Ω to serve and protect EmptyJeu 8 Aoû - 15:24

HELLO BOY Wes Ω to serve and protect 3471533414 Wes Ω to serve and protect 3471533414 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Wes Ω to serve and protect Empty
MessageSujet: Re: Wes Ω to serve and protect Wes Ω to serve and protect EmptyJeu 8 Aoû - 16:06

hello Wes Ω to serve and protect 3471533414 Wes Ω to serve and protect 3471533414 Wes Ω to serve and protect 3471533414 :mouaha: 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Wes Ω to serve and protect Empty
MessageSujet: Re: Wes Ω to serve and protect Wes Ω to serve and protect EmptyJeu 8 Aoû - 16:26

haaaaan, trop triste le petit jeunot de 19 ans Shocked :pleure: 
bref, perfecto cette fiche, le personnage promet :he: et pis ben, t'es validée quoi :face:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Wes Ω to serve and protect Empty
MessageSujet: Re: Wes Ω to serve and protect Wes Ω to serve and protect EmptyJeu 8 Aoû - 16:31

marchiiiii ! :leche:
Revenir en haut Aller en bas
Campbell A. Butler
Campbell A. Butler
messages : 163
réputation : 0
date d'inscription : 13/06/2013
crédits : TUMBLR & moi
âge : 21

Wes Ω to serve and protect Empty
MessageSujet: Re: Wes Ω to serve and protect Wes Ω to serve and protect EmptyJeu 8 Aoû - 17:28

OH PINAISSEEEE !!! TU M'EPOUSE ????? :waw: Wes Ω to serve and protect 4097672251 :sniff: 

_________________

I die everytime you walk away, Don't leave me alone with me, See, I'm afraid. Of the darkness and my demons, And the voices, saying nothing's gonna be ok.

Revenir en haut Aller en bas
Ty Hamilton
Ty Hamilton
messages : 705
réputation : 3
date d'inscription : 08/06/2013
crédits : Ared + episkey
âge : 26 ans

Wes Ω to serve and protect Empty
MessageSujet: Re: Wes Ω to serve and protect Wes Ω to serve and protect EmptyJeu 8 Aoû - 20:58

DAMN la fiche qui tue tout tout tout tout! O_o

_________________
    I'm waking up, I feel it in my bones
    I'm waking up, I feel it in my bones enough to make my systems blow All systems go, the sun hasn't died deep in my bones, straight from inside
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Wes Ω to serve and protect Empty
MessageSujet: Re: Wes Ω to serve and protect Wes Ω to serve and protect EmptyJeu 8 Aoû - 23:00

héhé camp' :leche:

merci ty'
Revenir en haut Aller en bas
Campbell A. Butler
Campbell A. Butler
messages : 163
réputation : 0
date d'inscription : 13/06/2013
crédits : TUMBLR & moi
âge : 21

Wes Ω to serve and protect Empty
MessageSujet: Re: Wes Ω to serve and protect Wes Ω to serve and protect EmptyVen 9 Aoû - 8:40

non mais sérieux quoi ... Wes Ω to serve and protect 728467732 :sniff: 

_________________

I die everytime you walk away, Don't leave me alone with me, See, I'm afraid. Of the darkness and my demons, And the voices, saying nothing's gonna be ok.

Revenir en haut Aller en bas
Zac Bennett
Zac Bennett
messages : 51
réputation : 2
date d'inscription : 18/06/2013
crédits : Matress hole, tumblr.
âge : 28 ans

Wes Ω to serve and protect Empty
MessageSujet: Re: Wes Ω to serve and protect Wes Ω to serve and protect EmptyDim 11 Aoû - 1:53

YOU AGAIN!

:bigsmile: Wes Ω to serve and protect 326387688 Wes Ω to serve and protect 3247701876 

_________________
    Your Big Man
    I DON'T WANT TO BE YOUR HERO. I DON'T WANT TO BE YOUR BIG MAN.
    code episkey.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Wes Ω to serve and protect Empty
MessageSujet: Re: Wes Ω to serve and protect Wes Ω to serve and protect EmptyDim 11 Aoû - 7:15

Thanks!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Wes Ω to serve and protect Empty
MessageSujet: Re: Wes Ω to serve and protect Wes Ω to serve and protect Empty

Revenir en haut Aller en bas

Wes Ω to serve and protect

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» here to protect and serve - sasha
» Intervewde Linksjyy,le pire expeur de Vesperae[hrp][réserve]
» Un procureur convoqué au ministère de la justice...
» PV série Militaire 5/5
» Antanasia ~ La drageuse en folie *3* [Réservé par moi même]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: l'intégration :: les présentations :: Bienvenue à la Nouvelle-Orléans-