AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le deal à ne pas rater :
Fauteuil gaming CGM à 99€ (Appui-tête et oreiller lombaires – ...
99.99 €
Voir le deal

Partagez

Timéo & Charlie + The blue note

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Debby McKeith
Debby McKeith
messages : 112
réputation : 1
date d'inscription : 09/06/2013
crédits : french kiss
âge : 37 ans

Timéo & Charlie + The blue note Empty
MessageSujet: Timéo & Charlie + The blue note Timéo & Charlie + The blue note EmptyDim 11 Aoû - 16:35





«Duo & Duel»

«timeo k. jenkins + charlie d. bowers
»



Charlie D. Bowers était inconsolable. Elle pleurait, le dos contre le mur, tandis qu’un policier maladroit tentait de la réconforter du mieux qu’il pouvait (c’est à dire très mal), tout en lui demandant de lui expliquer ce qu’il s’était passé. Mais la jeune femme était incapable de prononcer le moindre mot, seuls les sanglots s’échappaient de sa gorge.


Timeo K. Jenkins, à quelques mètres de là, tentait du mieux qu’il pouvait de contrôler ses nerfs. Mais lorsque le policier demanda pour la troisième fois quels vêtements l’amie de Charlie portait avant de disparaître, il finit par exploser : «Vous pouvez pas la laisser tranquille deux minutes ! Vous voyez pas qu’elle n’est pas en état de vous parler ?»



(c) Spinelsuns Codes & Joy Williams pour la mise en situation
 
 
Revenir en haut Aller en bas
Charlie D. Bowers
Charlie D. Bowers
messages : 173
réputation : 0
date d'inscription : 03/07/2013
crédits : Tinker / tumblr
âge : 25 yo. (irl)

Timéo & Charlie + The blue note Empty
MessageSujet: Re: Timéo & Charlie + The blue note Timéo & Charlie + The blue note EmptySam 17 Aoû - 17:50

a little party never killed nobody.

Suite à sa rupture (et son avortement) récent, Charlie s'est un peu coupée du monde extérieure. Elle ne veut voir personne de peur de devoir expliquer. De devoir dire que tout va bien alors que c'est faux. De devoir sourire aux gens alors qu'elle n'en a aucune envie. Elle passe ses soirées à bosser, ses journées à flâner, ça et là, dans l'espoir de se changer un peu les idées. Parce que, forcément, elle ne peut pas arrêter de penser. Elle songe à l'amour qu'elle a perdu et avec qui elle imaginait, enfin, sa vie. Elle repense à ce petit bout d'être dans son ventre, prêt à grandir et à s'épanouir pour naître. Ce petit bout d'être qu'elle a tué car elle avait trop peur d'assumer ça. Elle avait trop peur d'être seule face à cet enfant. Elle est hantée par des visages de bambins rieurs, de pleurs enfantins qui la réveillent la nuit alors qu'elle est seule. SEULE. C'est peut être ça la plus grande douleur. Se retrouver seule, un matin, alors qu'on a été deux si longtemps.

Quand Henry l'a appelé, ce matin, pour lui dire qu'il y a une super soirée au Blue Note,  elle réfléchit. Certes, elle n'a plus trop l'envie de voir quelqu'un ces derniers jours... mais ce sera une soirée agitée et alcoolisée pour tout le monde... Et qui dit alcool, dit Charlie ! Elle accepte après avoir bien vérifié qu'elle a congé. Elle appelle Coline, une de ses bonnes copines et petite amie du dit jeune homme qui a invité Charlie et lui propose de passer chez elle avant de partir au club. Après tout, les femmes, ça se préparent, et la jolie blonde n'a aucune envie de faire ça toute seule.  À 8 heures tapantes, Coline arrive, des sacs remplit de vêtements encombrant ses jolis bras fins. Elle fait une bise à Charlie et parle de sa petite voix fluette et, il faut l'avouer, relativement agaçante ! « C'est tellement gentil d'avoir penser à m'inviter chez toi ! Ça fait des siècles que je suis plus venue!Et puis, on va pouvoir se conseiller sur les tenues, comme ça ! Regarde tout ce que j'ai apporté. » Charlie regarde d'un air découragé tous les sacs avant de relever les yeux vers la petite brune qui se presse dans son salon. « C'est... super ! Merci Coline ! » Charlie essaie d'esquisser un sourire. Elle regrette un peu d'avoir accepté l'invitation, et surtout d'avoir proposer à son amie de passer plus tôt. « m'enfin... » se dit-elle « y aura de l'alcool. »

Il est 23h quand ils arrivent, tous les trois, au Blue Note. La rue est encombrée de monde, l'entrée semble loin, très loin.... Charlie a enfilé sa petite robe noire, sexy forcément, mais dans laquelle elle est à l'aise. C'est la seule robe qui lui reste qui ne donne pas l'impression qu'elle nage dedans. D'ailleurs, niveau poids, tout le monde lui fait bien remarquer qu'elle est bien trop maigre. Elle feinte avec des petits sourires, des clins d’œil, mais elle sait pertinemment que, si elle continue à ce rythme, elle ne va vraiment plus plaire à personne. Les filles minces c'est joli, les filles squelettique, c'est effrayant. Elle salue quelques connaissances et reste accrochée au bras de Coline qui dégage une joie de vie presque inquiétante. « Charlie je suis tellement heureux que tu sois ENFIN sortie de ton trou ! » Henry lui fait un grand sourire. Il semble sincère envers elle, mais quelque chose semble clocher entre lui et sa petite-amie. Charlie soupire. Ce n'est absolument pas ses oignons.

Ils passent leur soirée à écouter les duos en picolant. Charlie a une descente terrible et après une heure dans le pub, elle a bientôt un taux d'alcoolémie plus élevé que ceux qui sont la depuis le début de la soirée. Elle se trémousse sur les rythmes de blues, chantonne dans son verre et, heureusement, l'alcool lui apporte une humeur joyeuse comme elle n'en a plus eu depuis des lustres. La bonne humeur de Coline s'est évaporée. Elle est au bar, semble songeuse et triste et boit presque autant que Charlie. Ce n'est pas par égoïsme pur, bien qu'un peu tout de même, que notre petite blonde nationale ne demande pas plus d'explications à son amie. Elle sait que si elle pose des questions, soit elle se fait rembarrer, soit elle en a pour des heures à écouter son amie répéter les mêmes problèmes jusqu'à ce que le bar entier les connaisse par cœur. Et, Charlie à beau être la première à vouloir consoler le monde, elle n'est pas d'humeur, et son taux d'alcool l’empêcherait de toute manière d'aider Coline. Elle lui envoie un regard compatissant et toutes deux boivent un shot de tequila afin d'oublier respectivement leur problème.

« Je sors un moment, j'étouffe ici ! » Charlie acquiesce est regarde son amie s'éloigner et se frayer un chemin dans la foule. Elle n'est plus dans son état normal et ne cherche même plus à l'accompagner. Elle s'appuie contre le bar et soupire. Elle se sent seule au monde. C'est fou comme l'alcool peut rendre égocentrique.


« Mademoiselle Bowers, pour la énième fois, comment Coline Spencer était-elle vêtue ? » Cela faisait environ une heure que ce policier était planté en face d'elle, à la regarder comme si elle était la dernière des abruties. Elle n'arrivait pas à se rendre compte de ce qui se passait. Dans un coin de la pièce, Henry la regardait l'air accusateur, pendant qu'un autre flic lui posait des questions bien plus grave. Il était apparemment suspecté car quelqu'un avait affirmé à la police qu'il s'était disputé avec la disparue. Charlie concentra son attention sur l'officier devant elle. « Je... » Elle tenta d'imaginer Coline mais ne voyait que des scènes de crimes horribles. Elle se remit à sangloter. « Mademoiselle Bowers... » il avait une voix un peu plus compatissante qu'avant. « Je sais que c'est dur pour vous... vous avez bu, et Mademoiselle Spencer est votre amie mais... faite un effort... » Elle le regarda de ses grands yeux clairs embués de larmes et secoua la tête. « J'en sais rien.... » murmura-t-elle en baissant le regard. Elle se sentait indigne. Elle avait passé son début de soirée à se préparer avec Coline mais n'avait aucun souvenir de ce que son amie avait décider de porter... « Je... » et rebelote. Les larmes roulèrent sur ses joues et elle prit son visage dans ses mains en secouant la tête. « Vous pouvez pas la laisser tranquille deux minutes ! Vous voyez pas qu’elle n’est pas en état de vous parler ? »
CODE TOXIC GLAM


_________________
    We’re made of stardust
    Les effluves de rhum dans ta voix, me font tourner la tête
    Tu me fais danser du bout des doigts, comme tes cigarettes
    Immobile, comme à ton habitude, mais es-tu devenu muet ?
    Ou est-ce à cause des kilomètres, que tu ne me réponds plus...
    code episkey.
Revenir en haut Aller en bas
https://keepmecloser.forumactif.org/t504-nos-seules-verites-homme https://keepmecloser.forumactif.org/t527-all-that-she-could-think-was-that-she-needed-them

Timéo & Charlie + The blue note

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: la ville de la nouvelle-orléans :: vieux carré français :: The blue note-